StudioVS.ch  
  Véronique Soulier
30
December
tous mes voeux

que chaque jour vous apporte un rayon de soleil, fut-il fugitif et que les embellies l'emportent sur les grains.. toujours !
Amitiés
Véronique
15
December
Pluie -Claude Roy

" A l'orée du soir chuchote une pluie douce
Chaque goutte d'eau semble encore hésiter
puis s'enhardit... les doigts nombreux de l'averse tambourinent légèrement la terre qui avait soif

Renverser le visage laisser la pluie ruisseler
sur le front les joues boire les gouttes d'eau
fermer les yeux.. et puis ne rien désirer d'autre "
in à la lisière du temps
19
November
Automne -George Sand

" L'automne est un andante mélancolique et gracieux qui prépare admirablement le solennel adagio de l'hiver "
11
November
la pensée vaine. Claude Roy

" Le flot labile et volubile des pensées qui ne pensent plus
quand l'eau bavarde sur les cailloux sans s'arêter à leur arête
quand l'esprit travaille à vide qui pourtant a horreur du vide
et comme l'eau traîne branches et mousses poussières épaves
feuilles mortes
la pensée vaine entraîne des soucis sans importance
téléphoner demain au plombier pour le robinet de l'évier qui goutte
trier dans le courrier les lettres auquelles il faut répondre
et passer acheter Eco la pâtée au lapin que la chatte préfère
Si tu ne peux dormir bientôt le vertige te prend
d'être emporté dans le flux marmonneur et vain qui remâche le rien
comme l'escalator dans le magasin vide continue à rouler
n'ayant personne à faire monter ni descendre mais fonctionnant quand même
boucle sans fin sans signification qui va son chemin inutile dans le vide
Faire en soi le silence
Recueillir les pensées égarées
Ecouter la pensée se reprendre à penser
Laisser faire le vide pour retrouver le plein et que le jour se lève enfin
quand le vent a chassé du ciel et de l'esprit les toiles d'araignées de l'inintéressant "
Venise 18.11.1985 in à la lisière du temps
02
November
L'horizon

" L'horizon,
la limite de mon rêve
Avant
Le néant
Après
Tout
C'est bien simple ... "
In Fumées Alain Page

Au large de Tanger, le jour se lève...
01
November
carnet de voyage sénégalais : quand on n'a que l'humour

Fadiouth : une petite ile, entourée de greniers à mil sur pilotis, rien ou si peu et tant d'humour .. et de tolérance aussi. Une ile
pour illustrer ce jour de Toussaint : des tombes creusées dans des amoncellements de coquillages ; enterrés côte à côte musulmans et chrétiens, les uns la tête tournée vers la Mecque, les autres vers la terre ou la mer selon qu'ils furent pêcheurs ou cultivateurs.


A cemetery in shells too, as a special thought for November 1st.


Quand on n'a que l'humour et la tolérance, à quelques pas des banlieues surpeuplées de Dakar, c'est une leçon de vie ... pour tous les visiteurs
16
October
le petit livre des couleurs M.Pastoureau et D.Simonnet

" Bleu, rouge, blanc, vert, jaune, noir ...
Et après, combien de couleurs ? Ne demandez pas à l'arc en ciel : c'est un presdigitateur. Il ne nous montre que ce que nous voulons voir. Les enfants, qui cherchent le trésor au pied de ses rayons le savent bien : les couleurs se dérobent dès que l'on tente de s'en emparer, elles ne sont qu'illusion. Car une couleur, c'est un ensemble de symboles et de conventions. Derrière six couleurs de base viennent les seconds couteaux les demi-couleurs et un cortège infini de nuances que nous ne cessons d'inventer. La leçon que nous en tirons ici est réjouissante : UNE COULEUR N'EXISTE QUE PARCE QU'ON LA REGARDE, elle est en somme qu'une pure production de l'homme. A méditer."

Et j'ajoute y a-t-il de plus belle saison que l'automne pour méditer sur les couleurs, les regarder, les inventer ? Et pour vous en laisser le loisir, je vous propose des photos d'automne au bord du lac Léman,en couleurs ou en noir et blanc, à vous de les peindre !
10
October
le trottoir au soleil . Philippe.Delerm : Dimanche matin

" Le dimanche matin, la vie est neuve. C'est écrit quelque part, dans la châleur du lit, la lenteur du café, les mains autour du bol, on peut rester longtemps dans la fumée comme si rien n'allait commencer. Le dimanche, c'est une idée qui rend léger tout ce qu'elle touche, On peut choisir le jean, le velours, le pull d'Irlance ou le jacquard ......"
Voilà, c'était dans la tourmente de neige, mon dimanche matin, café, bouquin sous la couette, et soudain la lumière a joué dans les poutres de la chambre ; j'ai hésité, fallait-il vraiment mettre un pied hors du lit, ouvrir tout grand les volets ? Voilà le paysage qui se dessinait sous mes fenêtres, ce fut un enchantement de lumières, d'hiver et d'automne mêlés tout le jour.. même la nouvelle dépression le soir arriva dans des drapés de gris exceptionnels ! Il y a des jours rares comme celui-là, cadeau pour qui aime à regarder d'un pétale pris de glace, aux cimes lointaines en blanc immaculé et scintillant. La pluie tombe drue maintenant, de tout celà il ne reste que mes souvenirs éblouis et ces photos à partager avec vous.
A suivre et bonne semaine
03
October
le trottoir au soleil . Philippe.Delerm

".... et puis il y a ma mère très âgée qui vient passer huit jours de temps en temps.On parle moins, on vit près d'elle, on écrit, on dessine, on corrige des copies, c'est ça qu'elle aime. Se plonger dans notre vie, ne pas se sentir un poids pour les autres. Elle peut rester indéfiniment à lire dans un fauteuil, à regarder longuement toutes les affiches, à faire le tour dans le jardin avec ce pas rasant et lent imposé par l'arthrose aux genoux, mais qui semble si métaphorique de sa discrètion ravie, Elle effleure en pénétrant. Elle fait ce qu'on ne saurait imposer aux autres invités, fussent-ils plus proches : se taire et goûter le détail.
La maison attend cela. Enfin quelqu'un qui lit vraiment, qui regarde vraiment, qui justifie tout ce que l'on a gardé, tous les signes des jours préservés et rythme du présent. Bien sûr, on s'arrête d'écrire ou de corriger, on lui propose un thé, on bavarde... De tout le sens de notre vie, elle est la passagère.Et maintenant qu'elle n'est plus là, la maison s'en souvient."
A toi Maman, pour le premier de ton jour anniversaire sans toi...
08
September
mes films de la rentrée

les soirées sont plus courtes, un peu fraiches, les maisons de vacances sont soudain silencieuses, un temps entre deux saisons, un temps pour se plonger dans des bons films mais aucun n'est simple ni romantique, tous frappent au coeur ou interpellent :
EtAT DE CHOC ( D:Mulrone, D.Kruger, de B-Kormakur) mais jusqu'où peut on aller pour sauver son enfant, terrible film sur le trafic d'organes
FAIR GAME (Sean Penn, Naomi Watts) la raison d'état ne peut pas tout justifier, réconfortant finalement d'autant que l'histoire de cette agent révélée est vraie
WHITE MATERIAL ( I.Huppert de C.Denis et marie N'Diaye) pourquoi s'attacher à cette terre, elle l'aime ou elle la possède, la question est posée mais elle perdra tous les siens ; terribles ces enfants soldats, troublants ces liens tissés dans un pays qui jamais ne la reconnaitra pour sienne
DISCOURS D'UN ROI : 4 oscars oui bien sûr, la volonté de se vaincre, pudique, fort,
07
August
le moine et le philosophe ( JF Revel - M.Ricard)

"Vivre comme si on avait tout le temps devant soi au lieu de vivre comme si on n'avait plus que quelques instants est le plus fatal des leurres"

Alors savourons chaque instant de l'été, le temps des siens, des calins, des bisous, les tablées, les maisonnées tous ces bons vieux mots qui aux autres saisons sont vides de sens, comme le sont les villas de vacances aux volets trop souvent clos.
Bonnes vacances à vous aussi !
24
June
histoire de bleu . JM Maulpoix

Mon plaisir, tu le sais fut d'aller sur la mer à petits pas. Je suis resté des heures à discuter seul, avec elle, la sourde, la causeuse, la brusque ou la très tendre,la bavarde incompréhensible, l'insistante, lôbstinée, la toute puissante qui se termine en friselis, la marchande d'horizons qui n'a rien à nous vendre et distribue son bleu à qui ouvre les yeux, celle qui ne cesse par vagues de nous rejoindre et denous rejoindre encore, la bienvenue si séparée qui s'ouvre et puis se referme....
04
June
fumées Alain Page

Odeur de café
Sensations oubliées
Métro
Gueule de bois.
Où est ma campagne
et Véronique
Si jolie
Ciel poudreux
Poubelle ivre
D'ordures
Chat étique
Pauvre type
Hère affamé
Dernier coup de balai
Du garçon
Fantomatique
Glace
Buée ...
Odeur de café...
Sensations
A jamais oubliées ...
22
May
les ruines du ciel. C.Bobin

toutes nos pensées reviennent à chercher la clé d'un paradis dont la porte est ouverte
08
March
Alexandre Romanès.. suite

On était heureux,
on ne le savait pas.
Les jours tendres sont loin.
Se retourner, pourquoi faire ?
Il y a longtemps, tous les deux
main dans la main,
on a scellé un pacte avec le ciel.
Maintenant, tout ce qui m'arrive
n'est rien.




in l'épaule de l'ange . Les beaux jours .
06
March
sur l'épaule de l'ange -Alexandre Romanès

" j'ai partagé le monde en deux:
d'un côté ce qui est poétique,
de l'autre côté ce qui ne l'est pas.
Ce qui est poètique existe à mes yeux,
ce qui n'est pas poétique,
je ne le regarde même pas "

Merci à mon amie Monique de m'avoir offert ce livre, j'y ai trouvé beaucoup d'inspiration et c'est à elle que je dédie le collage de ce jour ...

J'ai découvert un nouveau site photo " Art Limited" qui me plait beaucoup, j'y découvre ou retrouve des artistes sensibles et talentueux en quête d'un univers photographique poétique et/ou toujours original; depuis quelques jours j'y publie des photos, allez découvrir mes coups de coeur favoris
http://19332.portfolio.artlimited.net/
01
March
les attrapeuses de mots - Yves Simon - Le Monde 31.01.2011

J'ai beaucoup aimé cet article où il explique comment s'étant fracturé le bras droit, il s'est trouvé en difficulté d'écrire, non pas seulement parcequ'il " ahanait avec sa main gauche en l'absence de performance mécanique de sa main droite" mais .... il était amputé de la part imaginative et créatrice de sa main droite, sa main d'usage, qu'elle n'était plus le filet de protection fécond qui apportait en un éclair, le mot qui manquait à son cerveau, l'obligeant à interrompre sans cesse le fil de l'écriture, Il fallait s'y résoudre, il était devenu un infirme provisoire de la vie, un poussif de l'écrit... il attendit d'avoir accès à ses deux attrapeuses de mots, ses mains...pour écrire, dans un bonheur retrouvé"

Elle lisant cette chronique moi qui suis restée des mois sans agilité de ma main droite, il m'apparut évident aussi que mon imaginaire s'était bloqué.. quand il faut trop de temps pour passer de l'idée aux mots mais aussi de l'idée à l'image, quand manier l'outil clavier ou appareil se fait sans agilité il n'y a pas d'envie.. Voilà bye-^bye maladie de Sudek, bonjour vous, je reviens avec un plaisir sans pareil à ma passion photo.
21
January
Le crépuscule de la raison

de Fiona Capp . actes sud

il sombre sur les traces de Nietzsche, elle est entre deux vies sans le savoir .. ce n'est point lui qu'elle sauvera.. amitiés, amour, fidélité, doute, paysages, abîmes, ballons,, j'ai aimé ce voyage de Nice à la Suisse, à Turin, une écriture qui m'a transportée aussi dans ces paysages et leurs univers de doutes.
20
January
En attendant la neige.. le charme des brumes matinales

Je me régale de nuages éphémères car le temps est splendide depuis le début de l' année en montagne,
" C'est l'incertitude qui nous charme. Tout devient merveilleux dans la brume."
[Oscar Wilde]
 
    Copyright © Véronique Soulier - StudioVS. Powered by SwissXP